Le best of du blog :

Baccano ! Bang bang !   Rosario + Vampire: Le Dossier très objectif   Quand le Manga va mal, il faut lire Anime Land!         

Hello Navi(s) 3/4

 

Firefox possède un avantage indéniable pour un navigateur. Il plaira aux geeks non seulement par son histoire (dernier réel opposant en date à IE) mais également par son contenu. Mozilla Firefox est un navigateur web dont le code source est libre contrairement à ses 3 concurrents qui sont eux propriétaires. Firefox est donc devenu à l'époque du désastreux IE6 l'incarnation de l'anti Microsoft. (Opéra étant comme aujourd'hui ultra minoritaire). En quelques années, il a donc fortement progressé pour devenir aujourd'hui un logiciel reconnu.

Aperçu du site ie7.com, les keukins !

De base Firefox s'avère un bon navigateur. Plutôt rapide, gérant excellemment les raccourcis claviers et souris, il est également ultra configurable pour les nerds. Mais sa « puissance » vient de sa communauté qui propose nombre d'extensions et de thèmes qui permettent de personnaliser à fond son logiciel. C'est ce puits d'addons qui manque cruellement quand on change pour l'un de ses concurrents. D'autant que cette arme est assez redoutable puisque toute nouveauté ou particularité de la concurrence peut au final se retrouvé copié par une extension Firefox. Ex : la baguette d'Opéra dont on trouve une extension copie du nom de « Secure login ».

Le principal défaut de FF (son petit nom) est qu'il est un véritable bouffeur de RAM, mal reconnu depuis longtemps et jamais vraiment endigué. Ce bémol mis à part, Firefox est aujourd'hui à mon sens le meilleur navigateur web disponible.

Suite et fin : Opéra.

Complainte du geek, connes plaintes

Je n'aime pas quand mon esprit est en mode "introspection", j'ai souvent l'impression d'en ressortir sali et le fait de partager sur ce blog mes impressions me donnent la nausée à la pensée qu'il me faut impérativement les publier pour avoir l'impression quelles ont de l'importance. Car si je devais me juger, pas sûr que je me donnerais un verdict clément. Comme beaucoup de gens à l'égo développé, j'ai la haine de moi même ! Attention billet chialeur, égoiste et désordonné...

Je me suis rendu compte d'une chose ou plutôt je l'ai enfin admis. Je suis un geek dans le sens commun du terme. Au collége, j'étais l'asocial, le petit doué en math et en physique, pas doué en arts en général. Je dessinais et dessine toujours comme une merde. Si j'avais su, je vous aurais fait un dessin de tout ça. Une vraie caricature donc j'étais, une caricature qui se déplaçait pourtant sur ses petites jambes persuadé qu'un jour la connerie humaine sera punie. Mais c'est faux. La connerie humaine ne l'est que trop rarement. Mais ces événements datent d'il y a 10 ans environ. Du passé, faisons table rase. Facile à dire, impossible à faire. Les gens qui disent se moquer du passé, ne peuvent toutefois pas l'oublier. L'hypocrisie ordinaire, l'hypocrisie de survie. En tout cas, au moins je peux prouver, à défaut de l'inverse, que les petits gros à lunette avec de l'acné deviennent parfois des geeks.

La situation du programmeur est triste si on la regarde de plus loin. Mon seul objectif n'est pas de créer quelque chose de tangible mais de forcer la machine à m'obéir, à en faire une esclave. Pour cela mon esprit a acquis des spécificités. Je tape vite au clavier, ma mémoire est pleine de raccourcis, de mots de passes, de trucs, d'astuces, de mot clés, de structure de programmation, de langage informatique... et j'en passe. Pour dominer la machine, j'ai appris à penser comme celui qui avant moi a conçue son interface. La machine ne pense pas. Seul ceux qui ont participé à la construction du langage que j'utilise sont responsable d'un fonctionnement qui me semble incohérent ou insuffisant. Je crois que c'est Einstein qui disait qu'un joueur d'échec est un génie réduit au plateau de jeu. Un geek est un homme doué sur une machine. Son travail n'a qu'un impact difficilement percevable quand on revient à la réalité.

Aujourd'hui j'ai enfin réussi à faire fonctionner un réseau Wifi. Et j'étais fier, vous auriez vu ça. Un vrai exploit. J'ai aussi travaillé sur un site web. PHP, Javascript, HTML, CSS, pas de problème, je maîtrise mais mon travail a t'il un sens à part manipuler ce qui est déjà virtuel. Et pourtant c'est mon plaisir. Oui, c'est évident. Je n'ose imaginer quelqu'un avoir choisi ce job juste parce qu'il ne savait pas quoi faire. Je ne dis pas que c'est impossible, juste que cette personne a énormément de chances. La programmation ne m'a pas rendu associable, de la même façon que les jeux vidéo ou la japanime. En plus a contrario des deux autres, de ça on peut en vivre. Certains diront "au contraire...", comme à mon habitude je ne serais pas aussi optimiste. L'asociabilité est un facteur purement personnel, on en est seul responsable et l'on cherche juste des moyens de l'accompagner. La programmation en est une, nul n'est nécessaire autre que soit même. Idem pour le jeu vidéo ou la japanime. C'est un loisir pour éviter l'ennui, l'accompagner. Le masque de fumée marche 95% du temps, pour les 5% restant c'est de la solitude pure et simple.

C'est là tout le sadisme selon moi de la vie. Avoir besoin des autres. L'enfer c'est les autres, non l'enfer c'est de devoir avoir besoin des autres. D'autant que pour appâter le chaland, des gens formidables existent. Des personnes qui surélèvent le niveau. Des Mary Sue pour de vrai ! Mais moi j'ai peur. Je suis un angoissé vivant. J'ai appris certes. Il est facile d'entretenir d'agréables mais faibles liens de non agression avec à peu prêt n'importe qui. On se serre la main, on s'envoie des banalités, on ne hausse jamais la voix, on ne parle pas de ce qui fâche, les deux survivent, du gagnant-gagnant ! Ce qui n'est déjà pas si mal…

Mais pour le reste, faute d'être questionné je m'interroge.

(à suivre sûrement)

Des nouvelles de Tsubasa RESERVoir ChroNiCLe

 

Tsubasa RESERVoir ChroNiCLe continue tranquillement son petit bonhomme de chemin et les demoiselles de chez CLAMP sont décidément très fortes puisque si les tomes 14 à 16 avançaient peu l'histoire et alignaient plus les bastons que les révélations, ils commençaient à mettre en place une histoire à l'ambiance plus tragique. Confirmation avec ce tome 17 qui est aussi une véritable bonne surprise.

« Du sang et des larmes »

Il y aura bien sûr de la baston, des révélations et des tragédies certes, mais outre que le tout soit traité bien plus sérieusement, les scènes sont différentes de ce à quoi on pouvait s'attendre. Déroutant. Ainsi même avec un univers et des personnages déjà connus, CLAMP arrive toujours à surprendre et le rôle de Sakura dans ce volume en fait déjà un des meilleurs de la série. Arriver à transformer ainsi ce personnage connu de tout le monde tout en approfondissant grandement les enjeux et les drames de la trame scénaristique, ça c'est du CLAMP ! Est-il utile de préciser en plus que comme à chaque fois les dessins et la couverture sont superbes ?

La grande classe … et un rattrapage de mes derniers achats mangas bien décevant (Tokko et Rose Hip Rose en tête)

 

Halo Win

Je me suis récemment procuré le tout premier Halo. Jeu phare du lancement de la XBOX, Halo est une série qui a réussi l'exploit de se glisser dans le top ten des plus vendeuses. Et je dois dire qu'avec ce jeu, on comprend très vite pourquoi. Pour faire simple, je n'accroche pas à l'univers ni au scénario, le tout est plutôt moche et le héros ne me semble pas bien digne d'intérêt et pourtant Halo est un des meilleurs FPS auquel j'ai du jouer sur console ces dernières années pour la simple et bonne raison que le gameplay fait TOUT ce qu'on attend de lui.

Dans un jeu vidéo, une des principales erreurs, à mon sens, est de construire l'ensemble de la jouabilité de tel façon que le joueur soit obligé de s'adapter au gameplay. Exemple tout bête : les sauts automatiques dans Zelda. Je ne sais pas pour vous mais chaque fois je suis frustré de ne pas pouvoir sauter quand je veux. (ahem…) et de ne pas le faire quand je ne veux pas. Autre exemple : Phoenix Wright et bien d'autres jeux d'aventures où les choses n'ont qu'un ordre logique alors qu'elles pourraient se démontrer de façon plausible autrement. Et je passe sur nombre de daubes injouables comme tous les supports en ont connus et tous ces jeux , pas forcément mauvais au passage, qu'on ne maîtrise jamais vraiment.

Dans Halo, rien de tout ça on est en parfaite harmonie alors qu'importe l'emballage. Le gameplay ne nous fait pas suer et il a un facteur essentiel qui fait la différence pour un jeu vidéo : Halo émule une part de réalité. C'est totalement incongru dans un univers virtuel mais cette illusion est essentielle à l'immersion. Le héros ne peut porter que 2 armes (logique), et il peut ramasser les armes de ses ennemis et qui, ô joie, ne disparaissent pas au bout de 15 secondes. La seule exception correcte à ce défaut rédhibitoire étant Metal Gear Solid 2 qui expliquait que les armes des ennemis avait un système de reconnaissance biométrique.) De la même façon, la gestion des munitions est faite de manière à ce que les armes gardent en mémoire le nombre de balles/ d'énergies restantes.

Et en plus de cela, le jeu se permet d'être diablement fun grâce à un subtil dosage de la difficulté. Le tout est servi avec une IA très respectable que ce soit pour les ennemis ou vos camarades de guerre. De plus, le jeu autorise différents stratégies, toutes gagnantes, selon votre situation et votre envie. Si foncer dans le tas est évidemment une source de Game Over, les armes d'Halo combinés aux grenades peuvent faire de véritables carnages tout comme vous pouvez privilégier l'esprit de groupe et repousser des ennemis avec les PNJ qui alors tenteront de vous encercler. Le comportement des ennemis est par ailleurs bien sympa puisque les plus faibles fuient dès que vous tuez un plus fort tout en tentant de vous prendre par sournoiserie.

On s'amuse, on recommence, et on se prend vraiment pour un héros, le tout peinard dans son fauteuil. Halo ne vient pas vous pourrir la vie et assume totalement d'être un jeu vidéo, il vous réserve une part de découverte , il reste toujours fun et pour le reste il se fout pas mal si vous l'appréciez, il vous permet d'être un héros et rien que ça, c'est un objectif que bon nombre de jeux ont perdu de vue.

Vid(n)e(m)o #1

Videoblog #1
Vidéo envoyée par Naymo53

La vidéo débile du dimanche soir (75)

Administration

Sitemap