Comment raconter Baccano ? C'est impossible, même la série elle-même n'y arrive pas ! Disons que si on devait résumer, c'est une histoire de fous, d'immortalité, d'assassins, de mafia et d'un train. Mais bon sang par quoi commencer ? Je ne sais pas vraiment. Mais ça parle de quoi ? Alors d'abord y a les 2 mafias qui prospèrent durent la prohibition, des types qui ne meurent pas, des assassins fous et charismatiques, des victimes innocentes, des bandits idiots et Isaac et Miria et puis je me calme !

Veuillez excuser ma confusion mais Baccano est un tel bordel organisé qu'il m'est impossible d'en parler comme ça. Le premier épisode met d'ailleurs direct dans le bain, puisqu'après le générique vous ayant montré tous les personnages principaux de la série (une quinzaine !), il met en scène 2 autres personnages qui se demandent comment raconter l'histoire se passant de 1930 à 1932. Nos 2 conteurs se perdent eux même dans le tout, n'arrivant jamais à se décider par quoi commencer et finalement après ce premier épisode, on se demande franchement où tout cela va nous mener.

Les survivants commencent à enchaîner les épisodes. Conclusion, on passe en WTF mode ! D'une part, on ne comprend rien ou pas grand chose. D'autre part, on a la désagréable sensation qu'on arrivera jamais à tout retenir. Entre des personnages aux motivations étranges, des mystères qui ne cessent de s'ouvrir et les scénaristes qui mélangent volontairement les années, les flashbacks et les intrigues, le spectateur est complètement perdu. Et le pire c'est qu'à l'exception d'un épisode, les scénaristes ne dévieront quasiment jamais de cette mise en scène intégralement désorganisée de l'histoire. Et pourtant, on reste et on aime ça.

Voilà en gros le schéma des persos, ça y est vous êtes moins perdu hein ?

Car Baccano est l'anime où TOUT est jazzy. Ca swingue, ça balance, ça danse, ça bouge, ça vibre dans tous les sens. Bang Bang on enchaîne ! Tout y est classe, même les scènes les plus violentes. Et il y en aura de la violence ! Quand au reste, que dire… les personnages sont (presque tous) ultra charismatiques, le méchant est vraiment méchant, les idiots le sont aussi, les délurés sont un régal, le mystère est attirant … bref on tient là un mélange magnifique servi sur un plateau d'or par une BO excellentissime (j'insiste !) et une mise en scène parfaitement adapté.

Puis un petit miracle se produit, tout en ne dérivant jamais de sa ligne de départ, le mélange finit par prendre forme. YES ! On passe au niveau suivant ! Car cette fois, les enchainements se font compréhensibles et on comprend désormais les motivations d'à peu près tout le monde. Et ce qu'on pensait impossible arrive, tout est cohérent ! Depuis le début ! Groovy ! La fin de la série approche à grand pas et pourtant personne ne freine. Au contraire, ça accélère comme si on nous disait « Allez les mecs on y va à fond ! ». Et quand vient la fin, on ne se sera même pas rendu compte qu'on a freiné. Le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière !

« Baccano ! » est un ovni venu de nulle part porté par une équipe fêlée mais géniale ! Ils ont réussi à créer un univers complètement barge mais assurément mature et tellement jazzy que je ne pensais pas ça humain. Regardez et faites continuer la vague ! Un anime dont on se doit de se souvenir tellement un tel flux d'originalité est rare ! Chef d'œuvre ? Oui assurément !