Fullmetal Alchemist est la série animée qui m'a réconcilié avec le shonen tant cette dernière pousse le genre dans ses retranchements des plus agréables. Si l'univers du début change beaucoup au fur et à mesure de l'histoire, FMA se démarquait déjà en partant directement dans la tragédie et en construisant ses héros au forceps. Se finissant en apothéose tragique assumée, FMA laissait derrière lui la trace d'une série ambitieuse réussissant l'incroyable pari de bousculer le genre du shonen et de revenir aux bases de l'anime d'aventure. (Chose absente à mon sens depuis Trigun bien que très présent dans le manga en général). Bref, la fin était puissante mais suffisamment ouverte pour créer un film sans que le fan puisse crier à l'abus.

L'aventure reprend… mais en fait non

. Le début du film est un modèle de lenteur, c'est mou, sans saveur et le nouvel environnement d'Edward est juste moche. Certes me direz vous l'Allemagne pendant la montée du parti nazi ne devait pas forcément être un modèle de beauté mais tout de même… De plus ce début qui devrait être l'occasion de capter l'attention s'avère téléphoné comme pas possible et doté de faiblesses scénaristiques assez hallucinantes !

Les toutes premières minutes du film commettent l'erreur de base de tout film de japanime venant après une série. Tenter de résumer les concepts de la série pour élargir son public. Peine perdue, les non habitués ne comprendront pas et le décalage quand on revient au scénario du film les fera plus que tiquer, quand aux connaisseurs ben ça leur fera au moins 3 minutes du bon vieux temps.

Ah et devinez quoi, Al n'est plus une armure mais il a perdu la mémoire soit le degré zéro du scénario. Et la suite confirme le désastre tant l'histoire est totalement incapable de trouver son rythme entre révélations foireuses ou mal amenées, persos inutiles qu'on voit juste pour faire plaisir au fan, incohérences du début jusqu'à la fin et accumulations de dialogues grotesques. Décidément, c'est prouvé, notre brave scénariste a toutes les qualités requises pour écrire des RPG. Pour ce qui est de vrais scénarios, c'est foutu en tout cas pour ce film là.

Si l'ensemble tient quand même debout, la technique accuse elle aussi de vrais faiblesses. Les intégrations 3D sont ultra visibles et par conséquence bien ratées. Quand à l'animation, elle tient la route même si pour un film on aurait pu espérer mieux. Les musiques sont bien le seul point où il n'y a pas grand-chose à reprocher.

Bref FMA The Movie est l'inverse même de FMA la série : lent, incapable de trouver son rythme, scenario complètement à la masse, persos inutiles, scènes d'actions minables et un manque total d'intérêt. On en restera sur la fin de la série. Insignifiant.

BONUS AUDIO :

Je reviens sur ce foutu scénario, et si vous êtes prêt à supporter le SPOIL on va se poiler en se spoilant. :haha :


Vous pouvez télécharger ce bonus ici